Ah, les plaisirs d’hiver!

S’il est un sport de saison tentant, c’est bien le patin à glace. Mais il est plutôt exigeant et difficile à apprivoiser. Il ne pardonne aucune maladresse et occasionne des chutes qui ne sont pas toujours très artistiques.

Chausser de bons patins

Pour espérer évoluer sur la glace sans perdre la face, il est conseillé avant tout de chausser des patins confortables. C’est essentiel pour garder l’équilibre et exécuter ses premiers mouvements. Le mieux est de s’assurer que les orteils touchent le bout du patin et que les talons sont bien collés contre la semelle. Sans oublier de bien serrer ses lacets.

Si les patins sont essentiels, il vaut mieux penser aussi à bien protéger ses mains, sa tête et ses oreilles en portant des gants, un bonnet, voire un casque et enfiler des vêtements qui laissent transpirer la peau sans gêner les mouvements. Parce que le patin, ça donne chaud!

De l’adresse et de la patience

Quand on n’a jamais fait de patin à glace ou de roller, l’exercice peut être un peu périlleux. Pas facile, en effet, de tenir en équilibre sur des lames aussi fines, en progressant sur une piste gelée. La patience et la délicatesse sont de sérieux atouts pour éviter de terminer l’aventure sur les fesses.

Toute erreur se paie cash et un sol gelé c’est froid, dur et inamical. Donc attention aux poignets, aux fesses et aux genoux et gare aux écorchures, coupures et brûlures occasionnées par la glace lors des contacts incontrôlés.

La peau du patineur est vulnérable durant tout l’exercice. Heureusement que le bonheur que procurent les sensations de glisse aide à accepter ces petits incidents.

Jamais sans Flamigel®

Le petit tube jaune, désormais célèbre, est presque un pré-requis pour ce type d’aventure hivernale. Rien de tel pour soulager, réparer et calmer au plus vite la peau maltraitée par les plaisirs de la glisse.