C’est si bon de rouler à vélo

Entre les amoureux de la petite reine, les néo-pratiquants des villes et les amateurs occasionnels, un seul point commun : le risque de chute, de blessures et d’éraflures.

Deux roues, sinon rien

Le vélo est un moyen de locomotion très populaire dans notre pays qui ne cesse de faire des émules y compris en ville. Pratique, peu encombrant, flexible, écologique, économique et bon pour la santé, le vélo n’a a priori que de avantages.  L’IBSR recense d’ailleurs une augmentation du nombre de cyclistes de l’ordre de 30 % en ville entre 2015 et 2016.

Question sécurité ?

Les cyclistes sont des usagers de la route vulnérables bien sûr. Mais l’enquête de l’IBSR montre clairement que les accidents se produisent à 25% sur les pistes cyclables et 75% sur la route. Les deux accidents les plus fréquents chez les cyclistes sont dus à l’ouverture des portières de voiture et aux chutes induites par le cycliste lui-même.

Les blessures?

Mis à part les coups, les bosses et les bleus, il arrive très fréquemment que le cycliste abîme sa peau lors des chutes sans gravité. Plaies superficielles, échauffements cutanés et éraflures sont sans doute les blessures les plus rapportées.

Elles doivent être correctement soignées, c’est-à dire nettoyées, séchées et traitées. L’application de Flamigel® est là aussi tout indiquée pour cicatriser la peau dans les meilleures conditions et assurer une régénération optimale et rapide en quelques jours seulement. A appliquer 1 à 2 x/jour.